Réjane Reibaud, journaliste Les Echos et responsable de la page Gestion d’actifs, publiait le 29 avril dernier un article sur le thème :                              « Investisseurs, que payez-vous vraiment dans un OPCVM ? ».

L’opacité des frais liés aux OPCVM est d’autant plus d’actualité que la stratégie de communication concernant les ETF vient bousculer les sociétés de gestion traditionnelle, imposant une compétitivité plus forte et un discours marketé sur ces frais.

Comme axe de critique principal, Mme Reibaud relève notamment :

  • des frais qui ne sont pas toujours mis à la portée des clients investisseurs,
  • des frais d’entrée et de sortie qui amoindrissent la performance du placement, selon le poids du placeur dans la négociation,
  • des frais de mouvement trop opaques, sans possibilité de vérifier ce que le gérant y inclut,
  • des commissions de performance qui dans certains cas représenteraient un rattrapage de périodes passées de sous-performance.

Les frais de gestion peuvent donc impacter de façon non négligeable le rendement des OPCVM, en voici la composition selon l’observation de Deloitte.

frais-de-gestion-opcvm-deloitte-pandat-finance
Précisons encore que le sujet est bien d’actualité puisque nous avons récemment publié un article complémentaire sur l’intérêt des OPCVM monétaires en matière de placement de trésorerie. N’hésitez pas à consulter notre article Point Pandat sur les OPCVM monétaires directement sur notre blog !

Retrouvez également l’article de Réjane Reibaud en ligne sur le site Les Echos.

Une question ou une demande spécifique ? Contactez-nous par mail et nous vous répondrons dans les meilleurs délais.