L’EONIA, chaque mois, présente des pics à intervalles réguliers, le dernier ayant poussé le taux à une valeur positive de 0.0664% (Source : Pandat.fr, 2 mars 2015), taux qui est pourtant négatif depuis le mois d’août 2014. Comment expliquer ce phénomène ?

Chaque fin de mois, un phénomène intéressant se déroule concernant le taux de L’EONIA : il connaît un rebond, alors que les trente autres jours du même mois, le taux est plus faible. Ce bond est d’autant plus spectaculaire avec les taux négatifs actuels : il est passé de -0,077% à 0,144% du 30 au 31 décembre 2014. Comment expliquer ce pic mensuel ? Entre période de constitution des réserves et Marginal Lending Facility, Pandat vous explique.


(Source : Banque de France)
Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro, par échéances.

Période de constitution des réserves

Les régulateurs imposent aux banques de la zone euro à conserver une réserve auprès de la banque centrale : celle-ci doit être au moins égal à 1% de leur passif. Cet équilibre ne doit pas être maintenu au jour le jour, mais il est indispensable qu’il soit respecté chaque mois, cette durée est appelée la période de constitution des réserves.
Les derniers jours de chaque période les banques qui se trouvent au-dessous de ce pré-requis minimum vont réajuster leur situation déficitaire en empruntant au jour le jour sur le marché interbancaire. La pression qui s’en suit de l’augmentation de la demande et le pouvoir de négociation des institutions financières présentant des excédents de réserves vont influencer l’Eonia à un niveau plus élevé le temps d’une journée, ce qui détermine le pic que l’on observe périodiquement.

Marginal Lending Facility : limite théorique de l’Eonia

Dans le cas où une banque ne réussisse pas à atteindre le niveau de réserve demandé, la BCE accepte de faire un prêt illimité à condition que la banque puisse fournir des actifs d’une certaine qualité comme garantie. A cette opération est, en revanche, appliquée un taux appelé Marginal Lending Facility (MLF) qui est fixé par la BCE, actuellement à 0.3%.
Le MLF représente une limite théorique aux fluctuations de l’Eonia: en effet, ce serait irrationnel pour une banque d’accepter un taux plus élevé que celui fixé par la BCE dans le cas d’une situation de réserve déficitaire.

Maintenir un équilibre

Ce phénomène est donc très loin d’être laissé au hasard : il s’explique par une volonté des régulateurs de maintenir en équilibre les banques françaises. La période de constitution des réserves est ainsi fondamentale pour le bon fonctionnement des banques.