Cette semaine, banques-en-ligne.fr fait le tour de toutes les solutions alternatives que proposent les Fintech françaises à destination des PME. De nombreux acteurs, dont Pandat, sont cités.

FinTech : des offres bancaires alternatives pour les PME

Les FinTech proposent des offres bancaires et financières que les banques traditionnelles tardent à développer pour les professionnels

Offre bancaire aux PME : du bloc à la « banque puzzle »

Les jeunes pousses bousculent les banques traditionnelles, en complétant l’offre auprès des professionnels, voire en les concurrençant. Les FinTech se positionnent ainsi sur toutes les briques de service bancaire, même si le secteur du crédit aux PME est le plus disputé. Au lieu de prendre en bloc les produits proposés par leurs banques traditionnelles, les entrepreneurs peuvent désormais comparer et piocher, produit par produit, pour choisir le meilleur fournisseur. C’est le concept de la banque en kit. Les FinTech développent aussi bien des services de paiement que des prestations d’affacturage, de placement de trésorerie, ou encore de compte courant. Elles misent sur leur plus grande agilité pour capter la clientèle que sont les PME, dont les chefs d’entreprise évitent bien souvent de perdre du temps et de l’énergie dans la recherche de meilleurs tarifs. Elles comptent également sur l’inertie des banques traditionnelles, qui affichent moins de transparence, et qui accumulent les strates complexifiant leur marge de manœuvre.

FinTech : les exemples foisonnent

En France, on dénombre une demi-douzaine de plateformes de prêts en ligne, connectant investisseurs privés et emprunteurs, à l’instar de Lendix numéro un du financement participatif (crowdfunding) aux entreprises. Autre exemple avec Ibanfirst, qui permet aux professionnels d’ouvrir un compte en ligne et d’y réaliser toutes leurs opérations financières courantes. L’affacturage, qui consiste à racheter les factures d’une PME en échange d’un investissement, n’échappe pas à ce mouvement, avec le positionnement d’une startup comme Finexkap. La plateforme Kantox s’occupe de l’échange de devises à prix cassés pour les entreprises françaises, espagnoles, ou britanniques. Pandat, courtier en ligne, s’attaque aux produits de placement bancaire, quand le Compte Nickel, souhaite commercialiser une offre bancaire dans les bureaux de tabac. Néanmoins, cette dernière alternative illustre encore certaines réticences, puisque l’accès du Compte-Nickel, prévu courant 2016, a été repoussé à 2017.