Tout le monde l’attendait et cela a enfin été annoncé : Mercredi 14 décembre, la Réserve fédérale américaine a relevé son taux directeur de 0.50% à 0.75%. Il ne s’agit que de la deuxième remontée en 10 ans. Pourquoi ?

Une relève des taux compliquée

La dernière relève datait  du 16 décembre 2015 : la FED relevait ses taux directeurs de 0.25% pour la première fois depuis près de 10 ans. A ce moment précis, la FED pensait accélérer le processus en tablant sur 4 hausses au cours de l’année 2016. Cela ne s’est pas passé comme prévu.

Brexit, prix du pétrole, élection américaine… Si le marché de l’emploi connaissait un bon dynamisme, l’économie américaine n’a pas connu le redémarrage tant attendu. Le maître mot était alors « prudence » et les Etats-Unis rentraient dans le cycle de resserrement monétaire le plus lent de l’Histoire.

Un dynamisme suffisant pour une deuxième relève

Un taux de chômage en baisse de 4.6% en novembre et une croissance à la hausse de 3.2% en troisième trimestre a suffit à la FED pour intervenir une seconde fois en 1 an.  Les marchés s’y attendaient tandis que les taux longs avaient déjà commencé à grimper dès le lendemain de l’élection présidentielle. C’est ainsi que ce mercredi 14 décembre, la FED a annoncé officiellement relever les taux interbancaires entre 0.5% et 0.75%.

Optimistes, les membres du comité politique monétaire ont également indiqué mercredi tabler sur 2 hausses d’un quart de point l’an prochain.